David Seifert

1896 1980
 (Galice) (Pologne) 1896 /   (France) 1980

David Seifert fréquente une école d’art à Lvov. En 1912, il entre à l’école des Beaux-Arts de Weimar avec Joachim Weingart. L’industriel et mécène Carol Kratz découvre sa peinture et décide de le soutenir pendant ses années de formation.

Il arrive à Paris en 1924 et s’installe à Montparnasse. En 1927, pour l’ouverture de La Coupole, il exécute les peintures des piliers en compagnie d’autres artistes comme Georges Kars, Marie Vassilieff et Nathan Grunsweigh. Il fait la connaissance de Léon Weissberg dans les années 30. À partir de 1936, David Seifert vit avec sa femme et son fils au 73, rue Notre- Dame-des-Champs, dans un atelier jouxtant celui d’Émile Othon Friesz. Le soir, il retrouve ses amis au café du Dôme.

Le 15 juillet 1942, la veille de la rafle du Vel’d’Hiv’, son ami et voisin le peintre Othon Friesz le prévient du danger et lui conseille de s’enfuir. Seifert place son fils à Paris dans un institut catholique, le collège Stanislas, où il restera jusqu’à la Libération, et se réfugie avec son épouse à Sanary. Celle-ci s’occupera de la promotion de l’œuvre de son mari. Le marchand Vladimir Raykis, de la galerie Zak, est l’acheteur régulier de David Seifert.

Ses collectionneurs se trouvent en Angleterre et en Afrique du Sud.

En 1960, Seifert s’installe dans un pavillon sur les hauteurs de Meudon et y travaillera jusqu’à la fin de sa vie.