Joseph Pressmane

1904 1967
(Ukraine) 1904 /   (Unknown) 1967

Joseph Pressmane étudie aux Beaux-Arts de Lvov et de Varsovie avant de s’embarquer en 1925 pour un grand voyage en Palestine. En 1927, il arrive à Paris, il voulait voir « des Cézanne ». Naturalisé français, il travaille à l’académie Ranson avec Roger Bissière et s’imprègne des maîtres français qu’il va voir tous les dimanches au Louvre. En 1932, il rencontre Zborowski qui lui achète plusieurs toiles mais meurt peu après la signature de son contrat. Après avoir exposé dans plusieurs salons parisiens, il acquiert une certaine notoriété et la baronne Alix de Rothschild le soutient. Pourtant, Pressmane traverse des périodes financièrement difficiles et doit s’astreindre au métier de peintre en bâtiments pour subvenir à ses besoins.

En 1939, la guerre l’oblige à disparaître pendant plusieurs années. Il vit dans des caves et même dans des placards, dans une souffrance physique et morale profonde. Sa femme le protège et le cache.

En 1945, à la Libération, il se remet à peindre, veut rattraper le temps perdu et participe à la fondation des Peintres témoins de leur temps. En 1951, il obtient le prix de la Critique et, en 1952, le premier prix Burlhe en Suisse.

Réservé, il reste à l’écart de la vie parisienne et continue à peindre jusqu’à sa disparition en 1967. Ses œuvres sont conservées dans de nombreuses collections en France et à l’étranger, notamment en Israël.