Léon Zack

1892 1980
(Russie) 1892 /   (France) 1980

Parallèlement à ses études de lettres à l’Université de Moscou, Léon Zack étudie la peinture dans les académies privées. Il fréquente ensuite l’atelier d’Yvan Rerberg et d’Ilja Machkov, fondateurs du groupe Valet de Carreau qui se réfère à Cézanne, aux fauves et aux prémices du cubisme. En 1913, Zack hésite entre peinture et poésie : il publie un recueil de poèmes sous le pseudonyme de Chrysanthe. En 1917, il épouse Nadia Braudo dont il aura deux enfants, Irène, sculpteur, et Florent.

En 1920, Zack et sa famille quittent la Russie pour s’installer en France. Il passe par Rome, Florence et Berlin, où il réalise les décors et costumes pour les Ballets romantiques russes dirigés par Boris Romanov. Cette compagnie connaît un véritable succès à Berlin et à Paris, où Zack rencontre Michel Larionov et Picasso. Sa peinture est alors figurative. En 1930, Zack fait partie du groupe les Néo-humanistes, mouvement inspiré par le critique Waldemar George avec Hosiasson, Christian Bérard, Eugène Berman, Pavel Tchelitchev. Il expose avec le groupe en 1931 à la galerie Manteau à Bruxelles.

Parallèlement à sa carrière de peintre, Léon Zack travaille pour les ballets de Monte-Carlo et illustre (en marge des éditions originales) les ouvrages d’Arthur Rimbaud, Verlaine, Mallarmé, Baudelaire.

En 1940, il quitte Paris pour se réfugier à Arcachon, Villefranche-sur- Mer puis Grenoble. De retour à Paris en 1945, Zack expose chez Katia Granoff et à la galerie des Garets où il montre pour la première fois ses œuvres abstraites.

À partir de 1955, Zack travaille dans le domaine de l’art sacré, et en particulier réalise les vitraux pour Notre-Dame-des-Pauvres à Issy-les-Moulineaux et pour de nombreuses églises à Paris et en province.