Léopold-Lévy

1882 1966
(France) 1882 /   (France) 1966

Léopold-Lévy est le dernier enfant d’une famille d’industriels. Originaire de Sélestat en Alsace, son père opte pour la France en 1870 afin d’échapper à la sujétion allemande. Amateur d’art, il fréquente l’hôtel Drouot, collectionne les œuvres de Courbet, de Corot, et donne à son fils le goût de la peinture. Léopold-Lévy perd son père à l’âge de onze ans et décide de devenir peintre. Il échoue à l’examen d’entrée aux Beaux-Arts de Paris, fréquente régulièrement le Louvre, admire Cézanne et Renoir. Il fait la connaissance du sculpteur Charles Despiau et du peintre Georges Linaret (mort brutalement en 1905). Le groupe se réunit pour peindre et discuter au jardin du Luxembourg. Léopold-Lévy réalise des dessins humoristiques pour plusieurs revues dont Rire et Pêle-Mêle.

En 1900, l’artiste expose pour la première fois ses tableaux au Salon des Indépendants, dans les baraquements forains du Cours-la-Reine.

En 1914, Léopold-Lévy est mobilisé. À la fin de la guerre, il quitte Paris pour découvrir l’Italie et la Provence. C’est à Cassis entre 1920 et 1922 qu’il rencontre Jean Dufy et Jean Marchand. L’année suivante, à La Ciotat, Léopold- Lévy fréquente Georges Braque et André Derain, installés non loin de chez lui. À partir de 1927, il vit entre Aix-en-Provence et Paris, qu’il quitte en 1936 pour diriger le département peinture des Beaux-Arts d’Istanbul. Pendant ces années d’enseignement, il n’expose que deux fois, à l’académie des Arts d’Istanbul et au consulat français. De retour en France en 1949, Léopold-Lévy partage son temps entre la Provence et Paris.