Louis Lille

1897 1957
(Pologne) 1897 /   (France) 1957

Louis LILLE (Ludwik ou Ludwig Lille, dit)

PODWOLOCZYSKA (POLOGNE) 1897 – PARIS 1957

Louis Lille découvre très jeune sa vocation. Il peint son premier tableau à quinze ans. Il intègre en 1920-1923 le groupe des formistes de Cracovie, marqué à la fois par le cubisme et par des tendances surréalistes, puis, dès sa création en 1929, s’intéresse à l’un des cercles de l’art polonais de l’entre-deux-guerres, Artes.

 

En 1928, il est déjà l’auteur de la préface de l’exposition, à Lvov, de Hahn et Henrdyk Wlodarski, préface dans laquelle il explique aux visiteurs polonais les principes du cubisme. Il participe aux expositions d’Artes dès la première de celles-ci, en janvier 1930, devient quelques mois plus tard le président de cette association et participe ensuite aux manifestations qu’elle organise entre 1930 et 1932 dans toute la Pologne, à Lvov, mais aussi à Varsovie, Cracovie, Lodz, Stanislavov.

 

Comme la plupart des membres d’Artes, Louis Lille cède à l’attrait de la capitale française où il arrive au début de 1937. Il considère alors que sa période cubiste est terminée, et va s’intégrer au groupe des artistes polonais de Paris, se liant en particulier avec Zygmund Schreter. Il fréquente aussi Arpad Szenes, Vieira da Silva et Bruno Schultz (en visite à Paris avant la guerre). Tout en continuant à peindre, il travaillera la gravure, notamment la pointe sèche, et plus tard la sculpture.

 

Pendant la guerre, il parvient à rester à Paris et consacre une partie de son activité au sauvetage des objets cultuels juifs, jetant ainsi les bases de la collection Lille, aujourd’hui répartie entre le Musée d’Art et d’Histoire du judaïsme à Paris et le musée Israël à Jérusalem.

 

Après la guerre, il continue à peindre. Il a également laissé des gravures, en particulier une illustration de la traduction en polonais du Cantique des Cantiques, publiée en 1922 à Lvov.