Maurice Mendjizki

1890 1951
(Pologne) 1890 /   (France) 1951

Maurice Mendjizki grandit dans une famille d’artisans. Il veut être chef d’orchestre et part pour Berlin en 1906 étudier dans une école de composition musicale. En 1908, il doit rentrer en Pologne pour y accomplir son service militaire.

En 1909, Mendjizki s’installe à Paris, à la Ruche. Sa première exposition particulière à lieu à la galerie Georges Petit en 1912. André Salmon préfacera son catalogue. En 1913, Maurice Mendjizki rencontre Auguste Renoir qui l’invite à faire un séjour dans sa maison, Les Colettes, à Cagnes. Mendjizki s’éprend de cette région et s’y installe pour trois ans.

De retour à Paris en 1924, il fréquente Montparnasse, Le Dôme, et rencontre Léopold Zborowski. La même année, il rencontre celle qui sera sa compagne pendant trois ans : Kiki de Montparnasse. Kiki, c’est le nom que lui donne Foujita, qui, ayant du mal à l’appeler Mme Mendjizki, finit par la surnommer Kiki. Mendjizki quitte à nouveau Paris pour Cagnes en 1921 et, lors d’une halte à Saint-Paul-de Vence, rencontre sa seconde femme, Rosette.

En 1933, Mendjizki voit monter le danger du nazisme. Il fonde avec Paul Signac le Mouvement des intellectuels pour la Paix, qui réunit des écrivains, des savants et des poètes dont Jacques Prévert. À Saint-Paul-de-Vence il rend régulièrement visite à son ami Léon Weissberg.

En 1939 la famille Mendjizki se réfugie dans les Alpes-Maritimes où Maurice prend part à la Résistance. Sa femme est arrêtée en 1942 et son fils, Claude, est tué, quatorze jours avant la Libération. Maurice Mendjizki meurt en 1951, à Saint-Paul-de-Vence des suites d’un cancer.

En 1955 paraît un album de dessins de Mendjizki sur le ghetto de Varsovie avec un poème de Paul Eluard.