Maxa Nordau

1897 1991
(France) 1897 /   (France) 1991

Maxa Nordau grandit dans une famille bourgeoise parisienne. Son père, Max Nordau, originaire d’Allemagne, était médecin. Il fut l’un des théoriciens et collaborateurs de Theodor Herzl et a contribué à la création de l’État d’Israël.

Maxa Nordau fait son apprentissage avec Lopez Mezquita et Jules Adler, qui lui enseignent la peinture à l’huile, le dessin et l’aquarelle. Pendant la Première Guerre mondiale elle vit en Espagne avec son père. Elle expose dans les salons officiels et prend part à l’Exposition coloniale de Strasbourg en 1924. Elle contribue à la décoration du pavillon de Palestine pour l’Exposition internationale de Paris en 1937.

En 1939, Maxa Nordau participe en Angleterre à une exposition d’art français. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s’exile en Amérique, où elle prend part à plusieurs expositions new-yorkaises et enseigne la peinture au New York City College.

De retour à Paris en 1946, elle continue à peindre et à exposer dans les galeries privées. Éternelle voyageuse, Maxa Nordau visitera la Palestine, l’Égypte, la Syrie, le Maroc, la Turquie et la Grèce. Elle exécute un grand nombre de portraits et illustre plusieurs ouvrages dont Contes pour Maxa (éd. Presse du Temps présent), de Max Nordau, et Le Vent dans les cheveux, de Pierre Créange. Israël restera son port d’attache.