Sam Ringer

1918 1986
(Pologne) 1918 /   (France) 1986

Fils d’une couturière et d’un tailleur costumier de théâtre, Sam Ringer grandit à Oswiecim, devenu Auschwitz pendant l’Occupation allemande. Gymnaste émérite, doué en mécanique, il fabriquera des postes de radio toute sa vie.

Dès son jeune âge, Sam Ringer se passionne pour le dessin. En 1937, malgré la ségrégation antijuive, il est accepté aux Beaux-Arts de Cracovie. En 1939, il obtient le premier prix de dessin. L’invasion allemande interrompt ses études artistiques.

En 1940, il est forcé de travailler à la construction du camp d’Auschwitz puis déporté la même année à Annaberg. Il passe successivement par les camps de Sacrau, Mechtal, Markstädt, Fünfteichen, Gross Rosen, Buchenwald, Berg an Elster.

C’est au camp de Theresienstadt que Sam Ringer est finalement libéré par les Russes au printemps 1945. Malade, il est soigné dans un hôpital de Litomierzyce en Tchécoslovaquie puis ramené à Cracovie où il est accepté dans un hôpital juif. Durant sa convalescence, il s’inscrit pour sa troisième année d’études aux mêmes Beaux-Arts de Cracovie. En 1946, il quitte la Pologne avec le kibbutz Nilli.

En 1947, il arrive en France et poursuit ses études aux Beaux-Arts de Paris pendant six ans. Il suit l’enseignement de Souverbie pour la peinture, Goerg pour la gravure, Jaudon pour la lithographie (il obtient un premier prix de composition). En 1957, il se marie avec Jeanine Etlinger, rencontrée aux Beaux-Arts de Paris. Ils auront deux enfants.