Abraham MINTCHINE
juin 15, 2019
MANÉ-KATZ
juin 30, 2019

Georges GOLDKORN

SZYDLOWICE (POLAND) 1907 – PARIS 1961

Georges Goldkorn grandit dans une famille hassidique et poursuit ses études religieuses jusqu’à l’âge de quinze ans sur les bancs d’une yeshiva. Puis il quitte l’école talmudique, entre au lycée et après le baccalauréat, sur les conseils du peintre expressionniste Henryk Gottlieb, il se présente, malgré l’opposition de ses parents, à l’Académie des beauxarts de Cracovie. En 1927, le jeune Goldkorn entre à l’Académie royale de Bruxelles. Un an plus tard, il suit l’enseignement des professeurs Isidore Opsomer et Rik Wooters à l’Institut supérieur des beaux-arts d’Anvers.

En 1940, l’invasion de la Belgique le pousse à s’exiler en France. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’engage dans l’armée polonaise et sera interné au camp de Gurs. Goldkorn s’évade et rejoint la Résistance à Lyon. À la fin de la guerre, il s’installe à Paris. Il est naturalisé français en 1947. Peintre figuratif jusqu’alors, il rompt définitivement avec le réel en 1955.

En 1956, Goldkorn réalise dix-huit eaux-fortes et neuf bois gravés pour Images de Sefarad, manuel historique sur le judaïsme espagnol préfacé par Jean Cassou et Cécil Roth, paru aux éditions Caractères. Ses illustrations de Philon d’Alexandrie sont publiées aux éditions Marcel Bruker en 1962.