Jules GORDON
janvier 2, 2019
Leopold GOTTLIEB
janvier 2, 2019

Jacques GOTKO (Yankelli Gotkovski, dit)

ODESSA (UKRAINE) 1899 – DEPORTED TO BIRKENAU 1944

Originaire de Biélorussie, la famille de Jacques Gotko se réfugie à Paris en 1905. Le père de Gotko, sidérurgiste chez Fiat, meurt prématurément en 1913, laissant sa femme et ses enfants dans le dénuement. Le jeune Gotko entre à l’académie des Beaux-Arts, assiste au cours de Marcel Gromaire et bientôt expose dans les salons parisiens. Attentif aux leçons de son maître, il retient l’aspect géométrique de la composition, l’apparence massive des formes et l’éclat des couleurs. Pour faire vivre sa famille, il est décorateur pour une société cinématographique. Il est aussi aquarelliste, graveur et dessinateur.

En 1937, Jacques Gotko quitte Paris et s’installe dans un petit village en Charente-Maritime, où il se consacre à son art. En juin 1941, il est arrêté et interné à Compiègne dans la section « soviétique » du camp et malgré cette vie pénible, il continue de dessiner. En septembre 1942, il est transféré à Drancy où il réalise des portraits. Le 31 juillet 1943, il est déporté – convoi no 57 – à Birkenau et meurt du typhus le 2 janvier 1944. Sa mère et sa soeur furent arrêtées à Bordeaux, internées à Drancy et déportées à Auschwitz le 11 novembre 1942.