Joseph HECHT
janvier 2, 2019
Ignacy HIRSZFANG
janvier 2, 2019

Alexandre HEIMOVITS

HAJDÚHADHÁZ (HONGRIE) 1900 – DÉPORTÉ EN 1944

Issu d’un petit village proche de Budapest, le père de l’artiste, Jacob Heimovits, travaille dans le commerce du grain. La famille s’installe à Hajdúhadház, où Alexandre Heimovits naît en 1900. Il étudie la peinture aux Beaux-Arts de Budapest et adoptera plus tard une démarche abstraite. Il arrive à Paris en 1933 et vit pauvrement avec son épouse Margarette Adler, pianiste. Il travaille épisodiquement avec Jean Lurçat et fréquente ses amis peintres, Árpád Szenes et la femme de ce dernier, Vieira da Silva. Les années d’Occupation sont très difficiles.

Son épouse est arrêtée et internée à Drancy entre novembre 1942 et avril 1943. Alexandre Heimovits reste seul avec sa fille, née en septembre 1939. Dans un premier temps, il décide de se cacher dans l’atelier du sculpteur hongrois Anton Prinner, personnage énigmatique de Montparnasse, alors que sa fille est cachée par une famille de « Justes » à Vitryle- François. épuisés et perdus, ils peuvent grâce à leurs passeports hongrois encore repartir par le train le 25 août 1943 à Budapest, où Heimovits décide d’emmener sa famille. Il se fait arrêter lors d’une rafle dans la banlieue de Budapest, alors que sa femme et sa fille s’échappent et peuvent traverser la frontière roumaine. Elles vont se cacher à Arad avec la famille Adler. Alexandre Heimovits est déporté d’abord à Ravensbrück, puis à Mauthausen, et périt lors d’une marche d’évacuation de déportés hors du camp en mars 1945.