Sigismond KOLOS-VARY
janvier 2, 2019
Nathalie KRAEMER
janvier 3, 2019

Chana Gitla KOWALSKA

WLOCLAWEK (POLOGNE) 1907 – DÉPORTÉ EN 1941

Chana Kowalska grandit dans une famille religieuse. Son père, le rabbin Kowalski, est à la fois membre d’un mouvement sioniste religieux et sénateur. L’enfance de l’artiste est marquée par la forte personnalité de son père. Leur maison est un lieu de rencontre; l’écrivain Shalom Asch y a écrit son premier ouvrage. Chana Kowalska dessine dès l’âge de seize ans. En 1922, elle part étudier la peinture à Berlin et fait la connaissance de son futur mari, l’écrivain et essayiste Boruch Winogoura. À Paris, Chana Kowalska s’installe au 17, rue Pierre- Leroux, à Montparnasse, mais ne dispose pas d’un atelier et doit peindre chez des amis. Active au sein de la Kultur-Liga de Paris et dans les cercles communistes juifs, elle est également journaliste et écrit sur la peinture dans Presse nouvelle et dans Le Journal de Paris (journaux yiddish). Elle est secrétaire de l’Association des peintres et sculpteurs juifs et participe en 1937 au Congrès culturel juif. Sous l’Occupation, elle s’engage dans la Résistance et se fait arrêter par la Gestapo. Enfermée à la prison de la Santé, transférée à la prison des Tourelles, elle est déportée avec son mari en 1941. Convoi no 34. Assassinés par les nazis.