LÉOPOLD-LÉVY
janvier 3, 2019
Rudolf LÉVY
janvier 3, 2019

Jane LÉVY

PARIS 1894 – DÉPORTÉE EN 1942

Jane Lévy grandit à Paris. Ses parents, d’origine alsacienne, lui donnent une éducation traditionnelle et religieuse. Elle entre à l’école juive du baron Gustave de Rothschild et, dès son jeune âge, manifeste un goût prononcé pour le dessin et les arts plastiques. Sioniste engagée, cette jeune fille dégage une énergie et un optimisme qu’elle transmet autour d’elle. À l’âge de dixhuit ans, elle fréquente l’École des arts décoratifs et se spécialise dans la céramique. Ses oeuvres seront exposées à la Manufacture de Sèvres.

En 1922, Jane Lévy se rend en Allemagne et s’arrête à Worms où elle restaure la synagogue Rachi (détruite pendant la guerre de 1939-1945). En 1934, elle fait un voyage en Israël et participe à une exposition à Tel-Aviv. Peu de temps après, elle visite l’Italie.

En 1940 elle continue son travail à la manufacture de Sèvres. Le 27 novembre 1942, Jane Lévy est arrêtée avec son mari, René Lévy, peintre, sourd et muet. Tous deux sont emprisonnés à la Santé, puis internés à Drancy. Malgré les difficultés quotidiennes au camp, Jane peint quelques pastels. Elle est déportée avec son mari et Albert Lévy, son jeune frère, le 31 juillet 1943. Convoi no 58. Assassinés par les nazis.