Jane LÉVY
janvier 3, 2019
Israël LEWIN
janvier 3, 2019

Rudolf LÉVY

STETIN (POMERANIA) 1875 – DÉPORTÉ EN 1944

Rudolf Lévy étudie au lycée de Gdansk, puis de Karlsruhe en Allemagne avant d’intégrer une école de charpentier. Il rêve de peinture et dé cide de se rendre à Mu nich en 1899 pour s’inscrire aux Beaux-Arts. Il suit l’enseignement du professeur Zugel, peintre animalier. En 1903, Rudolf Lévy arrive à Paris avec Walter Bondy et fréquente l’atelier d’Henri Matisse. Il rentre souvent en Allemagne pour retrouver le galeriste Alfred Fleichtheim, qui organise à Berlin et à Düsseldorf plusieurs expositions des «Dômiers » (habitués du café du Dôme) dont Rudof Lévy fait partie. Il accueille les premiers artistes allemands qui débarquent au célèbre café. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Rudolf Lévy est en Allemagne et se fait enrôler dans l’armée. La guerre terminée, il rentre à Paris et devient massier (chef d’atelier) à l’académie Matisse. Attiré par de nouveaux horizons, il fait de nombreux voyages d’étude en Afrique du Nord et en Amérique où il rencontre Pascin, Max Ernst et Oskar Kokoschka. De retour en Allemagne au moment où les nazis arrivent au pouvoir, il se réfugie sur l’île de Majorque, en Espagne, puis regagne les États-Unis pour six mois.

En 1937, il se rend en Italie, dans la région de Naples, où il retrouve d’autres artistes allemands. Doué de multiples talents, il rédige poèmes et romans en allemand et en français. En 1939, Rudolf Lévy est à Florence et projette de partir en Amérique. Le 12 décembre 1943, il est arrêté par des soldats de la SS. Il est détenu à la prison de Florence, puis transféré à Milan. Le 5 avril 1944 il est déporté. Convoi no 9. Assassiné à Auschwitz le 10 avril 1944. Ses peintures et ses écrits ont été détruits.