Max JACOB
janvier 2, 2019
Georges KARS
janvier 2, 2019

Raymond KANELBA (Rajmund Kanelbaum, dit)

WARSAW 1897 – LONDON 1960

Raymond Kanelba entre à l’Académie des beaux-arts de Varsovie, sa ville natale, en 1918. Après un séjour à Vienne, où il poursuit son éducation aux Beaux-Arts, il retourne à Varsovie en 1923 et épouse Maria Wohl, la fille d’un riche industriel polonais. Le couple arrive à Paris en 1925. Dès cette année-là, Kanelba expose son oeuvre régulièrement aux Salons d’automne, des indépendants, des Tuileries et de l’escalier. Il se rend fréquemment à Pont-Aven rejoindre d’autres artistes polonais. Après une exposition à Bordeaux, Kanelba rencontre le collectionneur et critique d’art Marcel Bernheim à la galerie Bernheim-Jeune. Il est également présenté à Léopold Zborowski. Ces deux marchands participent à la promotion de son oeuvre. La première exposition importante de Kanelba a lieu à la galerie Zborowski en 1928. André Salmon signe l’introduction du catalogue. Ses oeuvres sont ensuite exposées à Berlin, Varsovie et Paris.

Il rentre en Pologne en 1933. Un an plus tard, Kanelba, sa femme et son fils de six ans quittent Paris pour le Royaume-Uni, où l’artiste présente ses oeuvres dans tout le pays. En 1937, une exposition personnelle a lieu à la Alex Reid & Lefèvre Gallery de Londres. De 1937 à 1951, Kanelba voyage régulièrement aux états-Unis, où il montre son travail avec succès. En 1951, il s’y installe définitivement. Il reçoit la nationalité américaine en 1957. Les gouvernements français, polonais et britannique lui passent des commandes. En 1955, il reçoit sa commande la plus importante : un portrait de la reine d’Angleterre élisabeth II.