Adolphe FEDER
janvier 2, 2019
Alexandre FRENEL
janvier 2, 2019

Michel FINK (Moïse Finkelstein, dit)

EKATERINOSLAV (UKRAINE) 1919 – DÉPORTÉ À AUSCHWITZ 1945

Le père de Michel Fink, écrivain, déménage avec sa famille pour la France en 1927 et s’installe à Arras, dans le nord du pays. Michel Fink dessine dès son jeune âge et entre en 1931 dans une école de peinture. La même année, il arrive à Paris, visite le Louvre et suit des cours au lycée Michelet. Il crée au sein de l’établissement un cercle de discussions artistiques et organise des conférences, notamment sur Rembrandt. Il peint des portraits, plus tardivement des paysages et des natures mortes.

Après l’obtention de la médaille de bronze au concours général de dessin de 1937, il quitte le lycée Michelet, entre à l’université, puis à l’École normale. Le 15 avril 1940, Fink est envoyé à Annecy peindre dans un hôpital militaire puis, à Périgueux, décorer la salle à manger du cercle des officiers de la caserne. Peu de temps après, il entre dans la Résistance et devient le secrétaire de rédaction du journal juif clandestin Quand même. Il diffuse des tracts pour enrôler la jeunesse et aide les Juifs à gagner l’Espagne et la Suisse.

Le 26 mai 1944, il est arrêté par la milice à Toulouse et interné à Drancy. Le 30 juin 1944, il est déporté – convoi no 76 – au camp des prisonniers politique de Monovitz à Auschwitz et travaille avec un groupe de peintres. Autour du 19 janvier 1945, les nazis, fuyant l’armée soviétique, évacuent les prisonniers, pour une marche extrême, jusqu’à la ville de Ganaker (Bavière). Alors que les forces alliées soviétiques et américaines se rejoignent en Allemagne, Michel Fink trouve refuge dans un hôpital militaire jusqu’en avril 1945. Il meurt d’épuisement.